Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
16 Feb

Le quartier " fantôme" et le siheyuan.

Published by sanlaurenzu1

Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.

Après avoir visité les quartiers historiques, voués à disparaître et encore habités, un petit tour dans un quartier déserté, où les démolitions ont déjà commencées.

Un quartier fait d'une multitude de dédales, d'escaliers abrupts, tout en construction traditionnelles du Sichuan, de briques, de pierres et de bois.

En route du côté de jiefang lu.

Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.

Et au détour d'une rue en ruines, une découverte, un vestige architectural quasiment disparu de nos jours. Seuls quelques habitations de ce style subsistent en Chine, notamment dans le Yunnan et à Beijing. Une habitation traditionnelle en siheyuan.

La première caractéristique du siheyuan est sa cour. Une cour carrée, ceinte sur les quatre côtés par de hauts murs, abrite un espace fermé. Une seule porte communique avec l'extérieur. Une fois cette porte fermée, la cour et ses maisons forment un univers à part.

Le siheyuan est devenu la principale forme de logement, notamment à Beijing, sous la dynastie des Yuan (1206-1368). Si ce style de logement fut adopté et hérité de génération en génération, c'est par ce qu'il s'adaptait parfaitement aux conditions de vie de l'époque. Pour des raisons d'urbanisme, déjà la surpopulation et le manque de place, mais surtout la sécurité qui était alors une des priorités. Les murs épais, hauts et solides, des fenêtres hautes, une seule portes qui fermait l'espace du siheyuan, étaient des dispositifs répondant parfaitement à cette préoccupation de sécurité des habitants.

Les caractéristiques de ces habitations permettaient aussi de lutter efficacement contre les agressions climatiques. En hiver, les hauts murs protégeaient contre le froid et les rafales de vent glaciales, par exemple.

Fermé pour l extérieur, le siheyuan n'en était pas moins un monde riche de vie. En franchissant la porte, on se trouve d'abord devant un zhaobi, un mur d accueil qui constitue le premier élément de la cour. Derrière lui apparaît la porte intérieure chuihua, souvent sculptée et décorée qui introduit le visiteur dans une cour spacieuse, la partie centrale du siheyuan. La maison principale fait face à la porte chuihua, et donne, comme les maisons latérales, sur la cour intérieur et forme avec celles ci un espace de vie intérieur. La cour est plante d'arbres et de plantes.

Traditionnellement, le siheyuan est habité par une seule grande famille. Plusieurs générations dans la même maison, dont les pièces sont attribuées selon l'âge et le rang du chef de chaque branche. Chacun s'occupait de tâches particuliers, en veillant notamment sur les anciens et les plus jeunes.

Celui ci, présenté ici, devrait être préservé. Si toutefois ma traduction de la plaque apposée en façade le classant comme monument historique depuis 2007 est bonne...

Vue d'ensemble d'un siheyuan de Beijing, beaucoup plus vaste que celui découvert ici.

Vue d'ensemble d'un siheyuan de Beijing, beaucoup plus vaste que celui découvert ici.

Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Le quartier " fantôme" et le  siheyuan.
Comment on this post

About this blog

Blog de voyages et de photos, entre Corse et Chine.