Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
03 Mar

Réflexions.

Published by Sanlaurenzu

Des photos d'administrations, de policiers, d'agents municipaux, de personnes lambda se promenant dans la rue...Vous vous demandez certainement ce que cela vient faire ici. Simplement, depuis que je vis en Chine, j ai pu, consciemment ou inconsciemment, faire des rapprochements avec "le pays des droits de l Homme", la France. Alors ne vous inquiétez pas, je ne vais pas me lancer dans une étude comparée de droit administratif. Ni vous parlez du fonctionnement des administrations chinoises, et encore moins du travail des fonctionnaires chinois! Non, les administrations chinoises vont uniquement me servir pour aborder un sujet qui me tient particulièrement à cœur, la place des langues dites "minoritaires" au sein des états-nation.

Comment et quel rapport? Vous allez comprendre assez rapidement.

En France, il est établit, de par la constitution, que "la République est une et indivisible" et que "la langue de la République est le français". Et ceci ne doit souffrir d'aucune contestation. Aucune dérogation. Qu'importe la réalité de l éxistence d'autres langues sur le territoire français, celles ci sont reléguées au rang de patois. Elles n'ont aucun statut, aucune reconnaissance et qu importe si cet état de fait les voue à une disparition certaine. Et ce, dans une totale indifférence générale. L indignation et les leçons sur le respect des cultures dites "minoritaires" sont bien plus confortables et aisées lorsque les-dites minorités se trouvent à des milliers de kilomètres du centre du monde, à savoir Paris, dans des états éxotiques qu il est facile de clouer au pilori. En revanche quand ces mêmes minorités se trouvent sur le sol français, il semblerait que les principes qui devraient s'appliquer ailleurs ne soient subitement plus aussi respectables ni envisageables sur son propre territoire. Quel rapport avec la Chine et les langues dites "minoritaires" me dirait vous? Je vais développer, mais términons d'esquisser le tableau. Car, outre ses principes que nous venons de rappeler, il y a, dans le cas qui nous intéresse ici, le "portrait" que l on nous dresse de la Chine à longueur de JT, d'éditoriaux, de reportages et autres émissions spéciales : l affreuse Chine, "une immense prison à ciel ouvert où sont détenus plus d'un milliards de personne", "un pays qui nie ses minorités", qui pratique "une génocide ethnique et culturel". Rien que ça...Une vision, disons le tout de suite, totalement erronée. Cela vous choque? Développons donc notre propos.

Nous apprenons au cours de nos études que les Chinois parle le mandarin, ici appelé putonghua (littéralement, la langue commune). Point! Mais la réalité est tout autre. En Chine, il existe autant de langues que d'éthnies, de régions, de provinces...Citons les plus connues, le cantonnais (guangzhouhua), le shanghaien (shanghaihua), le sichuanais (sichuanhua), le tibétain (xinzanghua), le mongol,...Une véritable mosaïque linguistique! Seuls les caractères et idéogrammes ne varient pas (exception faite du tibétain, du ouïghour et du mongol). Seule la prononciation diffère d'une région à l'autre, et il y autant de différences entre le cantonnais et le mandarin, qu'entre le français et l'allemand. Et alors me dirait vous encore une fois, ils parlent le mandarin aussi, qui est la langue officielle, administrative et tout le monde parle mandarin. Et puis, ces langues ne sont que des patois parlés par les vieux dans les campagnes reculées, le soir au coin du feu...Et bien non, la réalité est tout autre! Prenons donc l'exemple de Chongqing, celui dont nous pouvons parler le plus aisément (et pour cause). Même si le chongqinghua n'est pas la langue la plus éloignée du mandarin, elle reste quand même assez obscure pour un étranger ayant appris le putonghua (oui, là on sent quand même la frustration de la personne ayant fait des efforts surhumains pour apprendre une langue particulièrement difficile, qui arrive dans une ville et qui ne comprend pas pourquoi elle ne distingue pas un traitre mot de ce qui ce dit autour d'elle).

D'emblée, à l'aéroport, aux guichets, les hôtesses parlent le chongqinghua. Naturellement. Entres elles et avec les voyageurs. Vous sortez pour attraper un taxi...le chauffeur parle une langue que vous avez du mal à interpréter...grand moment de solitude...Vous arrivez finalement chez vous, allumez la télévision et vlan! Vous tombez sur une dizaine de chaînes de télévision régionales (chongqing dianshi hao) ne parlant uniquement en...chongqinghua. Heureusement, le réseau chinois câblés dispose de plus de cents chaînes dont la série des CCTV en mandarin. Petit aparté, c'est la raison pour laquelle tous les films et toutes les émissions à la télévision chinoise sont sous-titrés, ceci permettant à tout le monde de pouvoir lire et donc comprendre (unicité des idéogrammes, cf :ci-dessus). Après une bonne nuit de récupération, il faut, le lendemain, se rendre au commissariat du quartier pour effectuer les formalités d'enregistrement. Et là, nouvelle surprise, tous les policiers ne parlent que le chongqinghua! Plus tard, direction la poste. Vous voulez envoyer un colis en France. Pan! Tout le personnel présent ne parle que le chongqinghua. A l'école? Les cours se font également en chongqinghua. Bref, vous l'aurez compris, dans TOUTES les administrations, dans TOUTES les couches de la société, il en est ainsi. Certes, lorsque vous dialoguez et que vous vous exprimez en mandarin, la personne va parler en mandarin. Mais , dans l'expression, vous sentez bien que ce n'est pas naturel, que c'est une langue apprise. Vous l'aurez également compris, TOUS les fonctionnaires sont donc originaires de le région. Ce qui facilite grandement cet état de fait.

Alors quid de l'unité nationale mise en péril par la pratique de langues dites "minoritaires"? Quid des problèmes d'intégration? Et de tout autre argument fallacieux dont on nous rebâche les oreilles dès lors que l on ose évoquer une co-officialité? Et bien rien...On pourrait presque dire que "tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles". Aucune atteinte à l'unité nationale, aucun problème d'intégration, aucun problème non plus pour les étudiants pour intégrer les universités d'autres régions, pour l'apprentissage d'autres langues, sur le marché de l'emploi...Bref, le contre-exemple parfait à tous les arguments qui nous sont assènés par nos jacobins, arc-boutés sur des positions arriérées, à longueur de discours.

Pour terminer, un dernier point qu'il faut relever. Car, si la situation des langues dites "minoritaires" est en grande partie due à la politique étatique d'uniformisation, il faut également reconnaître la part de résponsabilité des locuteurs locaux. Là aussi, prenons l'exemple des jeunes de chongqing, de leurs parents, de leurs grand-parents, des professeurs, bref de toute la société civile. Alors certes, comme on l'a vu, les réflexes de locution sont acquis dès le plus jeune âge et facilités par le fait que le chongqinghua soit encore la langue de tous les jours. Mais, ils pourraient très bien, comme beaucoup chez nous, penser que parler cette langue ne sert à rien, que c'est inutile...Et non! Dans leurs jeux, entre eux, au salon de thé, au téléphone, de parout, il ne communique que dans leur langue natale...Un exemple à méditer pour nos jeunes, et nous, parents. Savoir se prendre en main, ne pas tout attendre non plus d'une éventuelle initiative de l'Etat, permettrait également de sortir, un peu, de l'impasse. Car il faut bien le dire, en la matiere, une loi, dans l'etat actuel des langues dites "minoritaires", ne changera pas grand chose a leur sort. Il est bien trop tard, le travail de destruction savamment orchestre a quasiment reussi a uniformiser le paysage linguistique francais. Seule une prise de conscience collective, un effort commun de communication dans les actes de la vie de tous les jours en langue natale, pour acheter son pain, dans les bars, dans tous les domaines d'activites, pourrait encore inverser la tendance. Et la route sera longue avant de se reapproprier notre patrimoine linguistique, et de reapprendre a communiquer, naturellement, "in lingua nustrale"

NDA : compte-tenu de mon probleme, recurrent, de telechargement des photos, celles-ci suivront un peu plus tard....

Comment on this post

About this blog

Blog de voyages et de photos, entre Corse et Chine.